TV and radio interviews.

On a recent trip to Paris, one of the first pieces of Street Art that I noticed was a beautifully hand-painted paste of Tammie Brown, the quirky drag queen from season 1 of RuPaul’s Drag Race. Immediately, I researched the artist, Suriani—whose work often depicts animal/human hybrids and gender outlaws—and discovered he was working on a new series celebrating drag queens as Street Art, “Born Naked.”

Suriani, who is originally from Brazil, has lived in Paris since 2007. All the work he places in the street is one-of-a-kind; even if he repeats an image, the new piece will not be an identical representation.

One afternoon, I meet up with Suriani in the Belleville neighborhood of Paris and got to photograph him putting up work on the streets of the city. We also spent a long time talking about his work, what draws him to placing it in public, and our shared love of drag queens.

TheDustyRebel:  When did you first start putting work on the street? What draws you to working in the street? 

Suriani:  I started in 2002 when I was still studying architecture at the University of Sao Paulo. I’ve always liked public art. At that time there was a graffiti explosion in the city with paintings from OSGEMOS, Nina, Nunca and many others, popping up every where. The possibility of putting up a work on public space without needing a permission or validation from anyone was very tempting. It’s a free and direct way to communicate. Doing art in the streets became my new way to relate to the city.

TheDustyRebel:  In your experience, what’s the Street Art community like in Paris?

Suriani:  In Paris there is a big community! When I moved and started pasting here, I was quickly contacted by two artists from the local scene: FKDL and Mimi the Clown. Through them and by participating in exhibitions and other projects, I got to meet a lot of interesting people and many of them became friends. In the “community” there are also Street Art photographers, and all kinds of people that share the same passion for urban art.

TheDustyRebel:  Have you put work up in other cities? Any notable difference working in other cities?  

Suriani:  Yes, I’ve worked in many different cities like Sao Paulo, London, Paris, Berlin, Barcelona, Istanbul, and Valparaiso. Each one is unique and has a different relation to Street Art. Modern and post-industrial cities like Sao Paulo and Berlin are the perfect context. There you can find huge industrial areas with plenty of available walls asking for art! Historical cities like Paris have a different relation with their architectural heritage, and people may easily see Street Art as a form of vandalism.

TheDustyRebel:  Are all your street pieces hand-painted and one-of-a-kind? Is that important to you?

Suriani:  Yes, I paint each one with acrylic paint and brushes. Even if I repeat a character it will never be identical to the first one. I really like to paint, and for me it’s the fastest way to create. This became a characteristic of my work, but I’m also interested in reproduction techniques like stencil and screen-print.

TheDustyRebel:  Can you explain your “Born Naked” series? Why drag queens?

Suriani:  The political debate about equal rights has recently been quite active in France. I was very impressed by the mass manifestations of the conservative right and their resistance to new laws concerning gay marriage, adoption, and other gender issues. This series is the way I found to express my point of view on these issues.

Drag culture spreads messages of acceptance and freedom of speech in a very amusing way! It really matches the positive vibe I have been trying to transmit with my work.

TheDustyRebel:  Is there a political aspect to placing drag queens in the street?

Suriani:  Doing art in the streets is already political. It’s a way of expressing ideas and relate to society. Placing drag queens on the streets is a way of spreading this form of art to the public and to celebrate diversity!

 TheDustyRebel:  When I first saw your work here in Paris, I was really struck by it. I had never seen such a celebration of drag in street art art. Why do you think it’s so rare to find such overtly queer Street Art? Are you nervous about making work that’s “too queer”.

Suriani:  When we do something in the streets, we are communicating with the public sphere. Maybe most people don’t feel the need to share their intimacy with the public. The expression of queer content in the street may put the artist in a vulnerable position and unfortunately homophobic aggressions in public spaces are still a sad reality.

TheDustyRebel:  Have you had any negative reactions? Or homophobic responses?

Suriani:  Surprisingly, I’ve had a very good reaction from the public. Most of the models I choose to paint look a lot like biological women, so most people in the streets don’t really get that they are men dressed up as girls! Once, while pasting, a man who lived across the street came to me and started a conversation. He considered that the image of a woman showing her legs would have a bad influence on the education of his 3 year old daughter. Even having tried to express my point of view, the painting had been totally removed from the wall the following day. Negative responses are part of the game, street art is a dialog.

TheDustyRebel:  Many of the drag queens you have depicted are aware of your work. What has the general reactions been? 

Suriani:  They are always very glad to see their portraits in the streets of Paris

TheDustyRebel:  Have you meet any of the queens in person? How was that?

Suriani: Recently, Willam Belli, one of the drag queens I have portrayed in the streets of Paris, contacted me saying he was coming to town. When he came we did a nice tour around the city for him to see the paintings! He’s a very enthusiastic person! I was very glad to hear that my work is well appreciated by the queens back in the USA. We had a great time and I hope I’ll get to meet  the other ones too!

TheDustyRebel:  When you first decided to paint drag queen, particularly contestants from RuPaul’s Drag Race, did you expect you’d get so much attention? Especially from the queens?

Suriani:  When I found out about the show, it had already been on US television for five years. I discovered it on the internet and got very enthusiastic about it. As drag culture is still underground in France, I didn’t expect to get a lot of attention! As some photos spread through the web, I was gladly surprised by the appreciation of the American public.

TheDustyRebel: Have other queens contacted you asking to paint their portraits for the street?

Suriani:  Sometimes I get lovely messages from French and American drag queens that would like me to paint them, they are all very adorable.

TheDustyRebel:  What are your future projects?

Suriani: I have been invited to do a solo show in Sao Paulo! The underground drag culture there has always fascinated me. The show will happen in April 2015. It will be great to hit the streets of my home town with this new series.


BUZZFEED

New Paris Street Art Pays Tribute To Conchita Wurst’s Runway Greatness

You better werk, graffiti Conchita! posted on July 16, 2014, at 7:17 p.m.

Sarah KarlanBuzzFeed Staff

Street artist Suriani has taken Eurovision winner Conchita Wurst’s recent Fashion Week debut to the streets. Literally.

Right down to the last details, the artist has recreated Wurst’s look on Jean Paul Gaultier’s runway last week for the 2014 Fall/Winter Haute Couture show.“I decided to transpose the beautiful image of Conchita dressed by the emblematic couturier to the streets,” the artist told BuzzFeed.

Suriani, who is from Sao Paulo and has been living and working in Paris since 2007, has become well-known for his depictions of drag queens through street art. “As the political debate about equal rights has been quite active in France recently, I decided to get inspiration from it for my recent work. I have chosen the figures of drag queens because they match the positive vibe I have been trying to transmit with my work,” said the artist. Last April, the artist created images of former RuPaul’s Drag Race contestants for the Paris streets.

Jean-Paul Gaultier himself has approved of the most recent street homage.


While marketing and mainstream communications campaigns have derived branding inspiration in the comic-like cartoon style of street art, and the values attached to its culture—freedom, community, transgression—the paradox still exists to see it framed and sold through traditional art channels.

We caught up with street artist Rafael Suriani at his recent show, "Collages Urbains", at Cabinet d'amateur gallery in Paris, where he told us more about street art and his relationship with the medium.

Suriani's mark features animals, surviving and thriving in the streets for its powerful and highly recognizable aesthetic. In his half-human-half-animal figures, the animal faces act as liberating masks, allowing the artist to express social criticism in an elegant way. The vibrant, seemingly playful creatures refrain from getting too serious and maintain a suggestive tone that avoids the obvious.

The stickers are the result of a double-binding process that first assembles man and animal, then adheres the resulting figure to the wall. In the past, Suriani has drawn from his Latin-American heritage, playing with shamanic mythology figures such as toucan or jaguar. In his recent series, on the other hand, he is more interested in urban domestic animals such as cats and dogs—according to the artist, the convention that they tend to resemble their owners offers a metaphoric way to talk about us people. Recently Suriani made a series of French "Bulldogs" as a special dedication on London walls, using this breed to cartoon and make fun of some French characteristics. Each dog expresses a different state of mind—humor, spirituality, criticism or beauty.

Suriani uses the rare technique of hand-painting every poster he sticks on the streets. Making each sticker is the result of a process involving selecting photos from the Internet, cutting them in Photoshop, then screening and painting before cutting the final product. Such repetition lies at the heart of street art practice, which is often based on plastering as many spots as possible, invasion-style.

When considering the ephemeral fate of the piece of work destined for degradation of the elements, police destruction or theft from passers-by, the time and effort for such little reward seems remarkable. Suriani explains, however, that the fleeting nature of his work is freeing and allows him to be audacious with both subject and technique. To him, because there is no pressure or constraint, that achievement is rarely a failure.

In the end, the piece of art is not the only sticker by itself, it is the sticker in its context, seen as a whole on the wall with the daylight shining on it, the motorbikes parked against it or the branch of a tree creeping across. Rarely is the work's time spent on the wall its only life, after all, with the rise of dedicated photographers immortalizing the scenes for the Internet.

Suriani claims his intention to step into the city's landscape by bringing much-needed beauty comes with a positive message. Rather than being aggressive or controversial, Suriani takes pleasure in having people on the street enjoy his figures. His work is bound to the city—physically, geographically and socially—compelling the public to refresh their view of their surroundings and drawing their eyes to the places that typically go unnoticed. As an architect, Suriani has found a way to unveil the city and change people's perception of the scenes they see everyday without truly seeing them. The choice of venue is very important, based on aesthetic consideration with attention to the context and surroundings like the location.

Hailing from Brazil, home to a strong and lively street-art culture, Suriani's passion makes sense. In his native Sao Paolo, a young city constantly changing and under construction, street art is welcome and considered as a positive contribution to embellish the city. Far from being forbidden, stickers can last as long as two years years. There, the practice is often connected to a more political involvement such as a protest against real estate speculation or to support immigration, and Suriani has brought a bit of this spirit to France, where he participated in a campaign by the French Aids support league Act Up as part of a collective huge fresco.

In fact, Suriani reflects on his practice as a means to get to know Paris and socialize within the community when he moved from Brazil—one bound by a lifestyle of taking risks, celebrating fragile achievements and maintaining that cherished sense of freedom. The community has certain rules about never judging the quality of others' work and paying the proper respect to the established know-how. Contrary to Brazil where street art involves only young artists, in France people from all ages work on the walls. While collective projects sometimes happen when a whole group invades a venue, one-to-one interactions are more common. Stickers posted in response to others have been known to spark a friendly dialog and lead to real-life meetings.

As for the transgressive aspect of the street stickering, Suriani sees it more like a tricky game, avoiding the police and trying not to get caught—even though he always works during the day, his favorite being Sunday. He also notes the difference between temporary, removable stickers and permanent paintings on walls and surfaces. For Suriani, the key to street art is freedom—no diploma is needed, anybody is welcome to participate regardless of means or resources, and artists are at liberty to experiment and constantly change their style.

The idea of presenting a gallery, then, presents that paradox. But, Suriani explains, in the end it's not about street art in a gallery. Having been painting, drawing and cutting since he was a child, he brings his authentic artistic process to this show. A mix of original and existing pieces, the series simply presents the language of street art in a different venue.


PARIS TONKAR Magazine

Article on Paris Tonkar Oct 2014 by Tarek.


Qui es-tu ? Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis Suriani. Je suis un artiste né à Sao Paulo, Brésil et j’habite à Paris depuis 2007.

A quel moment as-tu connu (ou vu) tes premiers tags, graffes, pochoirs, collages ?

Dans le début des années 2000 il y  a eu une explosion de l’art de rue à Sao Paulo, ma ville natale. J’étais en première année à la fac d’architecture et ça m’a tout de suite intéressé !

Est-ce que cela t’a donné envie de faire la même chose ?

 Bien sur, le fait de voir les fresques de Os Gêmeos, Nunca, Zezao et de tant d’autres artistes partout dans la ville ça m’a poussé à vouloir m’exprimer sur les murs !

 Où as-tu « posé » pour la première fois ? Avec qui ? Et pourquoi as-tu eu envie de t’exprimer dans la rue ?

 J’ai commencé à coller tout seul en 2002 dans mon quartier. J’étais en train d’étudier l’art public à l’époque. Comme je voulais intervenir directement dans la ville, le collage a été la façon la plus économique (et la plus amusante !)… En suite j’ai crée un collectif qui s’appelait « Em exposiçao » avec lequel j’ai réalisé plusieurs séries d’intervention en ville et quelques expositions.

Est-ce un passage obligé dans ta création artistique ?

Pendant 10 ans, je me suis dédié essentiellement à ma démarche de rue. Depuis quelques années, suite à des invitations pour exposer, j’ai commencé à développer (parallèlement aux collages urbains) un travail sur des supports qui peuvent être exposés en galerie…

Que penses-tu du graffiti ? Des « streetarteurs » d’un jour ?

Je suis très admirateur de tout ce qui est fait dans la rue, dans la clandestinité. J’aime beaucoup l’esthétique du graffitti, des tags, lettrages, personnages. Cet univers est très varié et çam’a toujours inspiré autant que citadin et autant qu’artiste ! Pour moi, faire de l’art dans l’espace publique est une façon de vivre la ville, d’avoir un rapport direct avec l’architecture, les gents, c’est faire partie de la culture urbaine et ne pas être qu’un consommateur ou spectateur.

Peux-tu nous raconter ton histoire à partir du moment où tu as commencé ? En quelle année et dans quels endroits ? Qui as-tu croisé à cette époque ?

J’ai toujours dessiné depuis mon enfance je savais que voulais être artiste. J’ai commencé à faire de l’art dans la rue en 2002. J’ai accompagné beaucoup d’amis graffeurs dans les rues de Sao Paulo et je suis devenu accro. En 2005 j’ai vécu 6 mois en banlieue new yorkaise et cela aussi m’a beaucoup inspiré. Depuis 2007 je suis installé à Paris ou j’ai vite rencontré des artistes urbains comme Mimi le Clown, FKDL, Ender et plus récemment JBC et les No Rules Corp, avec qui j’aime beaucoup sortir coller. La scène artistique urbaine à Paris est très étendue et j’ai été très bien accueillit par ces membres. C’est un vaste réseaux d’artistes, photographes, galeristes et passionnés en général qui nous permet d’avoir d’excellents échanges.

 As-tu « posé » à l’étranger ? Avec qui ? Et pourquoi ?

 Oui ! Le Brésil en premier, car c’est mon pays d’origine… Mais j’ai aussi collé en Turquie, quand je suis allé participer à la Biennale de Çanakkale en 2008, j’ai peint une fresque dans le centre historique d’Istanbul, j’ai collé à Londres, Barcelone, Berlin. Ces sont des villes qui m’inspirent beaucoup! Chaque endroit a ses particularités. Sortir coller ou peindre est une façon de découvrir la ville autrement. Le regard est plus attentif à l’architecture, aux gents qui passent, aux différentes ambiances…

 As-tu exposé en galerie ? Et quand ? (il serait opportun de fournir une liste)

 Oui j’expose aussi en galerie. Cela est un travail différent. En galerie je montre des dessins sur papier, des collages et peintures sur toile ou sur bois, des installations. C’est un travail complémentaire à ce que je fais dans la rue. En ce moment à Sao Paulo j’expose à la Galeria Contempo. A Paris j’ai participé à plusieurs expos à la Galerie Ligne 13 et au Cabinet d’Amateur, deux endroits que j’apprécie particulièrement car ils donnent beaucoup de liberté aux artistes tout en restant très professionnels.

 Est-ce que tu vis de ton art ?

 Je vis de mon art dans le sens ou l’art est ma passion. Ça alimente l’esprit ! Pour payer le loyer et les factures à la fin du mois, j’ai un boulot à coté. Cela me permet d’être totalement libre et indépendant. Un jour je crois que je vais finir par en vivre pour pouvoir etre maitre de mon temps, mais j’essayerai toujours de garder cette liberté et cette spontanéité…

Les moments de collage sont les plus intéressants car on est exposé aux réactions des gens dans la rue. Une fois en 2006 je collais tranquille à Porto Alegre au Brésil quand soudain un monsieur est apparu avec un vieux ballait avec lequel il essayais de me taper. J’ai du beaucoup courir pour en échapper ! A Paris les flics m’ont interpellé une fois. Ils m’ont demandé si c’était moi qui avait collé tous les autres 15 chats identiques dans le quartier, bien sur j’ai dit « mais non, celui-ci c’est le premier !!! » Après avoir vu que ma colle était dans un grand pot de fromage blanc, ils ont rigolé et m’ont laissé partir…


BLESS MAGAZINE

Article on Bless Magazine, Impressive Issue 2015. By Akila Bersont.

Suriani est un street artiste qui nous arrive du Brésil. Installé à Paris depuis 2007, l'artiste égaye les paysages urbains grâce à ces collages chamarés. Après avoir parlé deses précédents travaux sur notre site, nous avons décidé de prendre contact avec lui pour savoir qui se cachait derrière ces collages gay friendly et quel était le message derrière ces drag queens sur les murs de la capitale.

mGT : Que signifie votre nom d’artiste ?

Suriani :Suriani est mon nom de famille. Mes grands parents du coté de mon père était syriens.

mGT : Depuis quand avez-vous commencé le street art ?

S :J'ai commencé quand j'étais étudiant en architecture à l'Université de Sao Paulo. Je m'intéressait à tout art dans l'espace publique au moment ou on a vécu un boom dans la scène graffiti. J'ai accompagné des potes graffeurs mais la bombe n'était pas trop mon truc, je préfère les pinceaux.. Je me suis mis, donc,à fabriquer des affiches et à les coller partout, depuis je n'ai pas arrêté!

mGT : Quelles sont vos inspirations et vos références ?

S : Je m'inspire de tout ce que je vois. Les cultures urbaines (rock, hip-hop, street culture en général), la mode et le cinéma mais aussi des mythes, les légendes... En France j'ai découvert le burlesque qui rejoint pour moi un peu l'esprit festif du carnaval brésilien....Dans l'histoire de la peinture, c'est difficile de choisir des artistes précis mais j'aime les arts premiers, la renaissance italienne , l'expressionnisme, le pop art et en particulier tout ce que se fait dans la rue ! Oui, ça fait un beau mélange tout ça!

mGT: Comment créez-vous vos œuvres ? Par quels procédés ?

S :D'abord je peins les personnages sur papier grand format avec de la peinture acrylique. Ensuite je découpe les silhouettes et je les colle sur les murs avec de la colle à papier peint. Cette technique de collage urbain est connue comme paste-up ou wheatpaste, car on peut fabriquer cette colle avec de la farine de blé, au Brésil je faisait comme ça...

mGT : Pourquoi avoir choisi les drags queens de Ru Paul et Conchita Wurst comme modèles pour vos dernières œuvres ?  Est-ce un choix purement artistique ou y-a-t-il un message derrière ?

S : J'ai toujours été fasciné par les drags queens. A Sao Paulo, j'ai découvert la scène gay underground au début des années 2000 et je croisait souvent dans les clubs ces immenses personnages presque magiques, drôles, qui sont les drag queens. Rupaul et Conchita Wurst sont en train d'amener cet univers au grand public avec un message d'acceptation de la diversité. Leur message est très important dans le contexte actuel, quand on voit une certaine montée d'intégrismes religieux et des ideologies conservatrices. Je me suis dit que c'était le moment de contribuer à la diffusion de cet esprit de liberté, et je le fait en rendant hommage à ces artistes...

mGT : Selon vous quel est la meilleure ville pour faire du street art ?

S : A Paris les collages ne durent pas très longtemps grace à l'efficacité du service de "nettoyage urbain". La vie d'un collage est beaucoup plus courte par ici... Pour moi Sao Paulo, ou les villes d'Amérique latine en général, restent le meilleur terrain de jeu pour les street artistes. Là-bas il y a beaucoup de quartiers industriels ou délaissés, et le street art est considéré comme une façon d'égayer les rues. L'art de rue s'est  beaucoup développé et est devenue partie intégrante des grandes villes, un composant important de la culture locale!

Un grand Merci à Surianii d'avoir répondu à nos question.


Promis on ne te parlera pas de foot en t’invitant à suivre cet artiste tout droit venu de Sao Paulo. On ne te conviera pas non plus dans un drag cabaret, bien que l’envie nous démange ! Suriani est le street artiste « extravaganza », le graffeur aux œuvres LGBT qui siéent de milles et une plumes nos jolies rues parisiennes. Enfile ton boa et suis la Mother. Let us be drag queens !

Diplômé d’architecture et d’urbanisme, Suriani a préféré la rue aux bâtiments, décorant leurs façades plutôt que de les bâtir. Il a de cette manière mis en avant des figuresLGBT (Lesbiennes, Gay, Bi, Trans) comme les Queens de l’émission américaine RuPaul’s – The Drag Race , une émission de téléréalité, produite par LogoTV, qui met en compétition des Drag Queenspour le titre de « Superstar ». 

Après ses récents débuts sur les podiums de la Fashion Weekc’est aux détours des rues parisiennes que parade à présent Conchita Wurst grâce à Suriani qui lui offre là un coup de projecteur « au poil » !

Suriani confie à BuzzFeed  » J’ai décidé de transposer cette belle image de Conchita habillée par l’emblématique couturier (cf. Jean Paul Gaultier) dans la rue » ajoutant « Comme le débat politique sur l’égalité des droits a été actif en France récemment, j’ai décidé de m’en inspirer pour mon travail. J’ai choisi les figures des Drag Queens parce qu’elles dégagent cette onde positive que je veux transmettre à travers mon travail« 

Cet artiste au style « collage / pochoir », sensibilité proche de Banksy, focalise son intérêt sur des scènes mêlant animaux et personnages. Ils sont parfois mythologiques ou issus de reprises d’oeuvres (cf. photo, référence au tableau de Botticelli La naissance de Vénus). Bien loin de l’extravagance Drag Queen, on reste néanmoins dans une vision hybride et onirique de la société. A la fois sauvages ou domestiques, Suriani imagine l’Homme dans tous ses états primitifs.

Suriani est un artiste subversif au delà d’être créatif et il nous le montre avec cet amer clin d’œil à son pays natal. Cette année le Brésil organisait la coupe du monde de football, personne n’y a échappé. Mais l’organisation sportive a désorganisé une société déjà meurtrie par la pauvreté et les nombreux handicaps sociaux. Comme une balle fulgurante au milieu des deux yeux aveugles du pouvoir, ce poignard en plein cœur du ballon dénonce sans détours.

SURIANI : un brésilien à Paris

Interview Photograpgh Collectif, Jul 2009. By Chrixcel.

D’où vient ton pseudonyme ?

C'est mon nom de famille. Mes grands parents du côté de mon père ont émigré de la Syrie au Brésil.

De quand datent tes premiers collages dans la rue, et où ? Comment t’es venue l’envie de coller ?

Mes premiers collages dans la rue datent de 2002 à Sao Paulo, ma ville natale. En temps qu'étudiant à l'école d'architecture et urbanisme à l'Université de Sao Paulo je réalisais une recherche académique sur l'art public. J'ai lancé un regard sur les monuments, les sculptures et le graffiti. Ma volonté d'action directe en ville m'a poussé à réaliser des collages car il était une manière pratique et pas chère d'intervenir dans l'espace urbain, sans avoir besoin d'autorisation ou d'intermédiaires. La première série c'était des affiches (photomontages et photocopies) qui présentaient comme personnages une famille d'hybrides hommes-caniches. J'ai récupéré des pubs du marché immobilier et j'ai réutilisé les textes et les images pour élaborer les affiches qui critiquaient les transformations du quartier. Le résultat était assez drôle...

Nous avions parlé de toi au début de l’ouverture de ce blog ici et tu nous avais indiqué que les textes écrits étaient de ton amie Marcela Vieira. Les collages que nous voyons en ce moment sont sans texte, pourquoi ?

J'étais très content de voir la publication sur le blog ! Les collaborations avec Marcela ont été ponctuelles. Nous avons réalisé cette première série à Belleville en 2008 et on a également collaboré dans une série de collages à la ville de Pau en 2009. Marcela s'inspire des images pour créer les textes qui fonctionnent de manière indépendante par rapport aux peintures, mais en rapport avec celles-ci.

On a l’impression que tu aimes faire des séries… gymnastes, danseurs, animaux, créatures hybrides, etc…as-tu le projet de coller d’autres thèmes ?

Oui... je fais des séries. Ca me permet d'explorer les variations d'un thème. Ce qui est constant dans toutes les séries est le thème des animaux et les rapports qu'on a avec eux. Je crois que c'est un thème inépuisable. Avec le développement de la parole et l'écriture on a perdu la capacité de communication avec les autres êtres vivants et on a ignoré toute une partie de notre essence... Oui ! Des nouvelles idées me viennent à chaque jour, j'ai envie de travailler d'autres thèmes comme la musique, les masques, les rituels...

Quels sont les artistes (contemporains ou non) qui t’inspirent dans ton travail (tous arts confondus) ?

Je trouve de l'inspiration dans toutes les cultures avec lesquelles je prends contact. J'aime beaucoup ce que nos ancêtres ont produit sur les murs des cavernes, temples et villes en général. Les récits mythiques, les légendes et les contes fantastiques sont aussi une source d'inspiration. L'art populaire et les cultures urbaines contemporaines (skate, street dance, sports, loisirs) et les manifestations folkloriques m'intéressent beaucoup aussi. Je ne pourrais pas nommer des artistes que j'admire car ils sont nombreux. J'apprécie tout ce qui est fait dans la rue, sur les murs, mais aussi la production des peintres, dessinateurs de bande dessinée et des graphistes...

Tes lieux de prédilections pour coller ? Pourquoi ?

Je préfère les quartiers populaires ou industriels. Il y a une ambiance plus décontractée et plus de murs disponibles. L'acceptation des collages est plus positive aussi. J'aime beaucoup les murs qui ont une « personnalité » c'est à dire, des éléments comme des fissures, les taches, fenêtres, trous. Ça crée des compositions avec les peintures collées.

Comment tu définirais ta démarche artistique, si tu en as une ? Tu as étudié l’art ?

Je pense que j'ai trouvé dans le collage urbain une manière directe et indépendante d'agir comme artiste et même comme citoyen. C'est ma manière d'interagir avec les villes, ses lieux, ses architectures et ses habitants... En ce moment je fais des études en Arts Plastiques à Paris.

Nous t’avons vu à l’ouverture de la Galerie Ligne 13 à Paris aux côtés de FKDL, EZP et Mesnager, as-tu d’autres dates d’exposition prévues ? des projets ?

C'était un grand plaisir participer à cette exposition à côté d'artistes pour qui j'ai une grande admiration. Mon projet est de continuer à peindre et coller dans la rue. Les expositions ne sont pas une priorité. J'ai plein d'idées pour la rue, par exemple, j'aimerais bien faire des peintures murales... J'aime beaucoup la collaboration avec d'autres artistes aussi, j'en suis toujours pour l'esprit de collectivité.

Faire de l’art de rue d’un côté, exposer en galerie de l’autre, ça ne pose pas de problème au niveau des autorités ? comment gères-tu ces deux univers et d’ailleurs, as-tu déjà eu des soucis avec la police ?J

e n'ai jamais eu de problème avec la police. Une fois à Sao Paulo, une voiture de police nous a interpellé pendant qu'on réalisait une peinture sur un mur, ils nous on fait jeter les bombes sur un terrain vide à côté. Après, quand ils sont partis, nous avons sauté le mur, on a récupéré les bombes et on a continué à peindre... Les collages, je trouve, posent moins de problème que les peintures réalisées directement sur les murs, une fois qu'elles sont facilement enlevables avec un jet d'eau... Je pense que la police a des questions plus graves à résoudre comme la violence urbaine et ils se prennent pas trop la tête avec ceux qui s'occupent de s'exprimer de manière pacifique et respectueuse dans l'espace urbain...

Quelle est ton ambition artistique ? C’est un passe-temps ou voudrais-tu vivre de ton art ?

C'est pas un passe-temps ! C'est ce que j'aime le plus et j'aimerai bien pouvoir faire que ça. Mon ambition est d'avoir les moyens de continuer à faire ce que je fais pendant toute ma vie ! Vivre de l'art, oui mais pas forcément de la vente d'oeuvres... J'aime beaucoup animer des ateliers d'art…

As-tu une anecdote marrante à raconter de ta vie de colleur urbain ?

Chaque collage est une aventure. Les rencontres, les collaborations, le contact avec la ville, les gens qui passent, qui viennent me parler... C'est toujours des moments positifs. Une anecdote ? Une fois, j'étais en train de coller dans une ville au sud de Brésil (Porto Alegre) et un mec est venu avec une balai en train de crier et me menacer ! Il était complètement fou. Je suis parti en courant...Autre fois en Turquie, j'avais choisi un bloc de maisons abandonnées pour coller. C'était un endroit avec une énergie très particulière car la population du quartier (d'origine gitane) y réalisait le sacrifice d'animaux. Le lendemain j'ai eu du mal à trouver l'endroit...quand je suis arrivé avec les peintures tout le bloc était en train d'être démoli et tout le paysage avait changé...

Un petit message à faire passer pour tes amis, artistes ou autres, qui suivent ton travail ?

Ça c'est dur... j'aime encourager ceux qui ont envie de réaliser une pratique artistique. Il faut peindre ! Il faut danser ! Il faut chanter ! Il faut jouer ! Il faut écrire ! Il faut photographier ! Il faut créer... Trouver des photos des collages sur le net est très encourageant ! Je considère beaucoup le travail que font les photographes, pour moi ils jouent un rôle important dans la dynamique du street art !